Que se passe t-il au niveau de nos étudiants ivoiriens boursiers en INDE?

Publié le par Diack gassama

Que se passe t-il au niveau de nos étudiants ivoiriens boursiers en INDE?

C'est à la fois inquièt et désemparé qu'un des jeunes étudiants boursiers ivoiriens en Inde m'a contacté hier soir, en me disant : grand frère voici la situation que nous traversons.

SON RÉCIT: 

Nous sommes une vingtaine d'étudiants boursiers de l'Etat depuis les année académiques 2015-2016 pour certains et 2016-2017 pour d'autres. La bourse s'étend sur une période de cinq ou six ans en fonction de la formation. Cependant depuis le début de l'année, nous sommes sujets à une injustice des plus flagrantes en ce sens que le gouvernement ait pour intention de nous retirer la bourse en plein cours de formation sans aucune raison valable. Vous imaginez certainement les retombées de cette mesure. Nous seront passibles de toutes sancions judiciaires et penales et là sans aborder même l'hostilité dont fait montre les indiens à l'encontre des africains pour ne citer que ceux là. Nous avons entrepris toutes les demarches pacifiques qui soient mais les autorités restent impassibles. La dernière action en date remonte à un mois où lors d'une audience avec l'ambassadeur, il a promis nous revenir avec une réponse satisfaisante. Malheureusement jusque là aucune nouvelle de l'ambassade. La Direction de l'Orientation et des Bourses est également inactive. Nous sommes sous la pression de l'école et des bailleurs qui réclament incessament leurs dus.

Pour rappel : les étudiants du Maroc sont dans le même cas.

MON COMMENTAIRE: Le ministère de tutelle doit rapidement régulariser la situation de ces jeunes boursiers ivoiriens. Dans l'année dite du social le gouvernement lacherait-il ses étudiants bénéficiant de la Bourse ? Nous suivrons cette affaire de près...

 

                           Diack Gassama                                   Leader d'opinion                                 Analyste politique 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article