Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Polémique inutile sur Serge Aurier !

Publié le

Serge aurier marque un but qui permet à son équipe de respirer , et fait le geste qui montre qu'il a "fini "avec les filets , ce qui veut dire dans le jargon ivoirien , la manifestation d'une joie immense à la suite d'un but , cela ne signifie aucunement qu'il parle d’égorger quiconque,

La FIFA vient de bercer dans une étrange susceptibilité injustifiée, elle souhaite ouvrir une enquête contre l'international ivoirien , ce que la FIFA ainsi que les médias français doivent comprendre , juger ce geste en le sortant de son contexte propre au football ivoirien c'est bien et je pèse bien mes mots démesuré , ici en côte d'ivoire par exemple quand un joueur a marqué un beau but , on dit qu'il a tué , cela ne veut pas dire qu'il a commis un délit "meutrissime" sur un être humain .

dans ce même match serge aurier a sauvé la vie d'un joueur malien agonisant , avant l'arrivée des secours , et ça ils omettent d'en parler , l'hypocrisie névrosée contre serge Aurier est tout simplement très bas . Soutien à toi serge aurier .

diack gassama

Polémique inutile sur Serge Aurier !
Partager cet article
Repost0

Le fond et la forme , des contre-pieds juridico-politique, projet constitutionnel

Publié le

Analyses, décryptages et propositions relatifs au projet de constitution

A la lecture du projet de constitution, présenté au parlement par l’exécutif, je fais les observations suivantes relativement à la forme et au fond.
I-De la forme.
A l’observation, il ya un vice dans la procédure d’établissement de la constitution (A) qui en fait une révision constitutionnelle (B)
A-Du vice de procédure
L’établissement d’une constitution est un acte de fondation juridico-politique (création d’un nouvel Etat) ou de refondation politico-juridique (Lorsque l’Etat existe déjà). L’organe compétent, habilité, pour doter l’Etat d’une constitution, est le pouvoir constituant originaire : Le peuple. Du moins, dans une république démocratique. De ce qui précède, ni l’exécutif, ni le parlement n’ont pas compétence pour intervenir dans le processus d’établissement d’une constitution. Le faisant, ils s’érigent, de facto, en pouvoirs constituants originaires s’attribuant ainsi, de fait, les attributs de la souveraineté.
L’exécutif et le parlement, n’interviennent, selon notre droit positif, que dans la procédure d’une révision constitutionnelle.
B-De la révision constitutionnelle.
L’article 124 de la constitution donne compétence à l’exécutif ou aux députés de rédiger, d’écrire, le projet ou la proposition de révision constitutionnelle. L’article 125 exige sa prise en considération par l’Assemblée nationale. Et l’article 126 dispose que la révision n’est définitive qu’après avoir été adoptée par référendum ou par voie parlementaire.
C’est exactement cette procédure qui est suivie actuellement et à laquelle nous assistons. De ce qui précède, sauf à renoncer à la rigueur analytique et aux fondamentaux du droit constitutionnel, le 30 octobre 2016 on assistera (si le oui l’emporte) à la révision de la constitution du 1er aout 2000 et non à l’avènement d’une nouvelle république. Nuance. Et mes affirmations sont confirmées par le fond du projet de constitution.
II-Du fond
Mes analyses factuelles portent sur les réformes institutionnelles (A) et la procédure de révision constitutionnelle (B).
A-Des Institutions
1-De l’exécutif
L’article 53 du projet de constitution dispose « l’exécutif est composé du président de la république, du vice président et du gouvernement » et l’art 81 dispose que le premier ministre est le chef du gouvernement. Je propose la suppression de la primature pour les raisons suivantes. D’abord, dans un régime présidentiel, il n’y a pas de premier ministre mais un vice président. C’est le cas au Etats-Unis, au Ghana, au Nigeria etc. Ensuite, l’art 63 dispose que « le president de la république est le détenteur exclusif du pouvoir exécutif » et l’art 64 d’ajouter « le président de la république conduit et détermine la politique nationale.» De ce qui précède, le président de la république est le seul entrepreneur politique de l’Etat ivoirien. Et mieux, il est le détenteur du pouvoir réglementaire (Art 65). A quoi donc sert le premier ministre ? Constitutionnellement, à rien. C’est un prince nu.
2-Du Parlement.
Le mode de désignation des députés et des sénateurs peut être amélioré.
-relativement aux députés, l’article 86 dispose qu’ils sont élus au suffrage universel direct. C’est bien. Mais on pourrait ajouter « au scrutin majoritaire et à la proportionnelle ». Cet ajout permettra une bonne représentation des courants politiques surtout dans les circonscriptions à plusieurs sièges. Exemple. Abobo a 6 députés. Ils sont tous du RDR. Avec le scrutin proportionnel, si le RDR gagne l’élection, il aura 3 députés. Les 3 autres qui restent seront repartis entre le PDCI, le Fpi et l’Udpci, par exemple. Au final, à Abobo, sur les 6 sièges, on a RDR : 3 députés ; PDCI : 1 député ; Fpi : 1 député ; Udpci : 1 député.
-relativement à la désignation des sénateurs. Je ne comprends pas la nomination de certains sénateurs par le président de la république. D’abord, selon 87 « le sénat assure la représentation des collectivités locales et des ivoiriens établis hors de côte d’ivoire. » Question : les sénateurs nommés par le president de la république représentent qui ? Si les auteurs du projet de constitution voulaient s’inspirer du model canadien comme je l’ai lu dans un journal, alors la méprise est grande. Le Canada est une monarchie dont le chef de l’Etat est la reine Elisabeth II d’Angleterre. Les senateurs nommés par le gouverneur (le représentant de la reine) représentent la couronne britannique comme la chambre des lords en Angleterre. La côte d’ivoire n’est pas une monarchie mais une république. Et dans la république, seul le peuple est représenté. Nuance. Par ailleurs, en nommant les sénateurs, le président de la république remet en cause le principe sacro-saint de la séparation des pouvoirs affirmé au préambule du présent projet de constitution. Question. Est-ce que le président du sénat peut-il nommer une partie des ministres ? Si non, pourquoi le président de la république, lui, aurait-il le droit de nommer des sénateurs ?
3-Du pouvoir judiciaire
-l’article 139 du projet de constitution comporte une forte charge d’ambigüité juridique. En effet, alors qu’il affirme l’indépendance du pouvoir judiciaire, il confie sa garantie au chef du pouvoir exécutif : le président de la république. « Il en est ainsi en France » m’a rétorqué un juriste proche du pouvoir. Mais non, en France le titre VIII de la constitution du 4 octobre 1958 parle « d’autorité judiciaire » et non de « pouvoir judiciaire », et tout étudiant de première année de droit sait que la première a des compétences limitées, le second non. Question. Qui est le garant de l’indépendance du parlement ? De ce qui précède, l’alinéa 2 de l’article 139 est surabondant, de trop.
-l’article 148 dispose que la cour de cassation est la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire. L’article 149 confère le même statut au conseil d’Etat dans l’ordre administratif. Le problème, c’est que ces deux juridictions suprêmes sont les composantes de la cour suprême dont le rôle, à la lecture de l’article 147, se résume à celui d’un tribunal des conflits. De ce qui précède, il faut simplement supprimer la cour suprême et créer un tribunal des conflits. Ainsi, on aura trois juridictions suprêmes : la cour de cassation ; le conseil d’Etat et la cour des comptes.
4-Du Conseil Constitutionnel.
Je pense que la modernisation de nos institutions exige que les membres du conseil constitutionnel soient élus au suffrage universel indirect par les parlementaires et les conseillers régionaux.
B-De la révision constitutionnelle.
Je l’affirme d’emblée et façon sonore. L’article 177 est un recul démocratique. En effet, il dispose. « L'initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République et aux membres du Parlement.
Le projet ou la proposition de loi portant révision de la Constitution est déposé simultanément devant les deux chambres du Parlement.

Pour être pris en considération, le projet ou la proposition de révision doit être voté à la majorité absolue des membres du Congrès.

La révision de la Constitution n'est définitive qu'après avoir été approuvée par référendum à la majorité absolue des suffrages exprimés.

Toutefois, le projet ou la proposition de révision n’est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement. Dans ce cas, le projet ou la proposition de révision n’est adopté que s’il réunit la majorité des deux tiers des membres du Congrès effectivement en fonction.

Le texte portant révision constitutionnelle, approuvé par référendum ou par voie parlementaire, est promulgué par le Président de la République et publié au Journal officiel de la République de Côte d’Ivoire. »

L’alinéa 5 de cet article donne la possibilité au président de la république de contourner la sanction du peuple pour confier aux seuls parlementaires l’adoption de la révision constitutionnelle.

Pourquoi c’est un recul ? Parce que l’article 126 alinéa 2 de l’actuelle constitution dispose « ….est obligatoirement soumis au référendum, le projet ou la proposition de loi ayant pour objet l’élection du président de la république, l’exercice du mandat présidentiel, la vacance de la présidence et la procédure de révision de la présente constitution… »

Pour faire simple, avec la nouvelle constitution (si elle est adoptée), un député par exemple, fait une proposition portant révision de l’article 55 relatif à la limitation du mandat présidentiel. Le président de la république n’est pas obligé (comme l’y oblige l’actuelle constitution) de soumettre cette révision au référendum. Les seuls sénateurs et députés peuvent se prononcer sur la question si telle est la volonté du chef de l’exécutif.

Cas pratique. En 2018, un député, un sénateur ou lé président de la république veut que le mandat présidentiel ne soit plus limité à 2, et que le président puisse faire, désormais, 3, 4 voire 10 mandats. Il formule sa proposition ou son projet de révision. Si les députés et sénateurs sont d’accord, le président en exercice devient, automatiquement, éligible en 2020. C’est clair. Indiscutable.

Que faut-il faire donc ? C’est simple. Le mandat présidentiel doit être frappé du sceau de l’intangibilité constitutionnelle au même titre que la forme républicaine du gouvernement et la laïcité de l’Etat, c'est-à-dire que la limitation du mandat présidentiel à 2 ne peut faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle. A défaut, sa révision est obligatoirement soumise par voie du référendum.

Geoffroy-Julien Kouao Juriste-Constitutionnaliste et Analyste Politique.

Le fond et la forme , des contre-pieds juridico-politique, projet constitutionnel
Partager cet article
Repost0

Le Burundi se retire de la cour pénale internationale !

Publié le

NAIROBI (Reuters) - Le Parlement du Burundi s'est prononcé en faveur du retrait du pays de la Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert une enquête sur les violences liées à la crise politique qui secoue le pays depuis dix-huit mois.

Le vote a été acquis par 94 voix pour, deux contre et 14 abstentions. Le texte doit encore être signé par le président Pierre Nkurunziza, déclenchant un processus de retrait qui pourrait prendre un an.

La CPI, institution basée à La Haye, n'est rien d'autre "qu'un instrument politique utilisé par les grandes puissances pour chasser du pouvoir qui elles veulent sur le continent africain", a déclaré un député proche du gouvernement, Gabriel Ntisezerana.

Lors de l'ouverture de son enquête en avril, la CPI a estimé que 450 personnes avaient été tuées dans les violences ayant suivi la décision du président Nkurunziza, un an plus tôt, de briguer un troisième mandat. La cour faisait en outre état de meurtres, de disparitions forcées, d'actes de torture ou encore de viols.

L'OBS

Le Burundi se retire de la cour pénale internationale !
Partager cet article
Repost0

Journée internationale de la fille

Publié le

A l'occasion de la journée internationale de la fille , c'est l'occasion de pousser toutes nos actions visant à favoriser la protection des droits des jeunes filles dans nos pays africains, face à toutes formes de sollicitation de ces dernières dans le milieu du travail réservé à des adultes , face aussi aux abus sexuels dont elles peuvent être victimes , toutes formes de maltraitances , le projet croissant de son alphabétisation et sa scolarisation dans le système éducatif devront être notre constante priorité .

Les filles d'aujourd'hui sont femmes de demain ... protection et amour à toutes nos filles .

diack gassama

Journée internationale de la fille
Partager cet article
Repost0

Considéré comme le futur Messi , karamoko dembélé 13 ans

Publié le

Le jeune ivoirien de 13 ans , karamoko dembélé , évoluant en U14 Au celtic glasgow a été effectué un match avec les U20 pour un match , son talent est déconcertant , il déjà sur les tablettes des plus grands clubs d'Europe .

l'Angleterre veut déjà l'attirer à sa sélection nationale de jeunes , l'écosse ne tient pas également à perdre le jeune prodige né à Londres de parents ivoiriens . sa technique est impressionnante , sa rapidité , son physique , doué d'un ère identique à la "Messi" .




Considéré comme le futur Messi , karamoko dembélé 13 ans
Partager cet article
Repost0

Le professeur julien kouao décrypte l'article 177 , ou le piège de l'avant projet consitutionnel !

Publié le

Décryptage : L’article 177 ou le piège constitutionnel.

A la réflexion, le projet de constitution , par l’exécutif défendu devant le parlement, comporte de nombreux reculs démocratiques et républicains dont le plus emblématique est porté par l’article 177 qui dispose. « L'initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République et aux membres du Parlement.
Le projet ou la proposition de loi portant révision de la Constitution est déposé simultanément devant les deux chambres du Parlement.

Pour être pris en considération, le projet ou la proposition de révision doit être voté à la majorité absolue des membres du Congrès.

La révision de la Constitution n'est définitive qu'après avoir été approuvée par référendum à la majorité absolue des suffrages exprimés.

Toutefois, le projet ou la proposition de révision n’est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement. Dans ce cas, le projet ou la proposition de révision n’est adopté que s’il réunit la majorité des deux tiers des membres du Congrès effectivement en fonction.

Le texte portant révision constitutionnelle, approuvé par référendum ou par voie parlementaire, est promulgué par le Président de la République et publié au Journal officiel de la République de Côte d’Ivoire. »

L’alinéa 5 de cet article donne la possibilité au président de la république de contourner la sanction du peuple pour confier aux seuls parlementaires l’adoption de la révision constitutionnelle.

Pourquoi c’est un recul ? Parce que l’article 126 alinéa 2 de l’actuelle constitution dispose « ….est obligatoirement soumis au référendum, le projet ou la proposition de loi ayant pour objet l’élection du président de la république, l’exercice du mandat présidentiel, la vacance de la présidence et la procédure de révision de la présente constitution… »

Pour faire simple, avec la nouvelle constitution (si elle est adoptée), un député par exemple, fait une proposition portant révision de l’article 55 relatif à la limitation du mandat présidentiel. Le président de la république n’est pas obligé (comme l’y oblige l’actuelle constitution) de soumettre cette révision au référendum. Les seuls sénateurs et députés peuvent se prononcer sur la question si telle est la volonté du chef de l’exécutif.

Cas pratique. En 2018, un député, un sénateur ou lé président de la république veut que le mandat présidentiel ne soit plus limité à 2, et que le président puisse faire, désormais, 3, 4 voire 10 mandats. Il formule sa proposition ou son projet de révision. Si les députés et sénateurs sont d’accord, le président en exercice devient, automatiquement, éligible en 2020. C’est clair. Indiscutable.

Que faut-il faire donc ? C’est simple. Les députés doivent faire un amendement pour demander que le mandat présidentiel soit frappé du sceau de l’intangibilité constitutionnelle, c'est-à-dire que la limitation du mandat présidentiel à 2 ne peut faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle. A défaut, sa révision est obligatoirement soumise par voie du référendum.

Geoffroy-Julien Kouao Juriste-Constitutionnaliste

Le professeur julien kouao décrypte l'article 177 , ou le piège de l'avant projet consitutionnel !
Partager cet article
Repost0

Zoom sur la limitation d'âge de la constitution ivoirienne

Publié le

Zoom sur la limitation d'âge : la limitation maximum de l'âge , quel impact sur l'avenir de notre pays ?

ayant constaté la tentation de plusieurs chefs d'etats africains s'inscrivant dans une monopolisation inadmissible du pouvoir , une volonté de s'éterniser au pouvoir absurde . La constitution de 2000 avait prévue une limitation de l'âge maximum à 75 ans , il y'a un aspect modernisateur de la fonction de président qui se présentait ainsi . En considerant qu'il ya un âge dans tout metier où on doit être à la retraite . celle de président de la république après 75 ans on est n'etait de facto inéligible .

Le verrou maximum de l'âge est levé pourquoi ? et pour qui ? En afrique le réel problème ce n'est pas tant d'écrire la constitution mais plutôt son respect , cette tendance viscérale à penser qu'on doit la changer quand on veut juste pour servir ses intérêts personnels ou ceux de son clan . Il importe alors de verouiller l'âge maximum .

diack gassama

Zoom sur la limitation d'âge de la constitution ivoirienne
Partager cet article
Repost0

Un génie de 24 ans résoud une équation mathématique insoluble !

Publié le

Ufot Ekong, jeune nigerian étudiant à l’université de Tokai à Tokyo, au Japon, vient de résoudre une équation mathématique dont personne n'avait trouvé la solution depuis son apparition, il y'a trente ans.

Ufot n’en est pas à son premier exploit déjà diplômé en génie électrique, continue ses études pour se spécialiser en robotique,  il a en outre remporté six prix d’excellence académique tout en occupant deux emplois à côté, pour financer ses études .

le jeune génie à déjà 2 brevets chez le constructeur japonais Nissan . de quoi inciter la jeunesse africaine à poursuivre la création et pousser le génie scientifique, les états africains gagneraient à créer un fond commun pour la recherche scientifique. les conditions de l'excellence se créent . Allons au développement ensemble .

Un génie de 24 ans résoud une équation mathématique insoluble !
Partager cet article
Repost0

L'intelligence et le sommeil tardif !

Publié le

Selon une récente étude, le timing du sommeil reflète l’intelligence: les personnes avec des QI (quotients d’intelligence) plus élevés tendent à être plus actifs la nuit et à se coucher plus tard, tandis que ceux avec des QI plus bas tendent à se coucher plus tôt.
Le manque de sommeil peut entraîner l’obésité, l’hypertension et de manière générale réduire l’espérance de vie. La somnolence réduit quant à elle la performance mentale, et est à l’origine de nombreux accident de la route par exemple. Mais les horaires du sommeil font partie des sujets qui font débat depuis quelques années, plus particulièrement la corrélation entre le moment du sommeil (plutôt le matin ou plutôt le soir) et l’intelligence, écrit le scientifique Robert Alison dans un article du Winnipeg Free Press qui fait un tour d’horizon des nombreuses publications scientifiques dédiées au sujet.
Satoshi Kanazawa et ses collègues de la London School of Economics (LSE) ont mis à jour des différences significatives dans les préférences de timing du sommeil entre les individus en fonction de leur QI. Selon Kanazawa, les humains ancestraux étaient diurnes, et l’évolution vers des activités plus nocturnes est une «nouvelle préférence de l’évolution» qui se retrouve chez les individus plus intelligents et dénote un «niveau de complexité cognitive plus élevé».
Cette étude vient plutôt à l’encontre de l’idée reçue selon laquelle «le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt», et plusieurs études qui cherchaient à la prouver: En 2008, Marina Giampietro et son équipe avaient trouvé que les personnes «du soir» ont tendance à être moins fiables, moins stables émotionnellement, et plus enclins à souffrir de dépression, d’addictions ou de troubles du comportement alimentaire. Des chercheurs de l'Université de Columbia ont également trouvé que se coucher tard et dormir peu rend les adolescents plus susceptibles de basculer dans la dépression et même de faire des tentatives de suicides.
Le site du Christian Science Monitor propose un quizz pour savoir à quelle catégorie, des oiseaux de nuits ou des alouettes du matin, vous appartenez. Pour rassurer ceux qui se sentent coupables de faire la grasse matinée, le site Wired avait quant à lui déjà listé en 2008 trois avantages de dormir tard: nous avons en général besoin de plus de sommeil que ce que nous pensons, les personnes qui sont «du soir» sont plus créatives (citant encore une étude de Marina Gampietro) et se réveiller trop tôt est plus stressant (l’hormone du stress, le cortisol, est en plus grande quantité dans le corps à 7 heures du matin).

source : slave.fr

L'intelligence et le sommeil tardif !

une corrélation est etablie entre les complexités cognitives et les personnes du soir . Certaines thèses affirment même que les personnes d'un QI élevé ont un sommeil du soir tardif . tout de même, le sommeil tardif suivi d'un réveil extra matinal est source de sécrétion de l'hormone du stress en quantité importante.

Partager cet article
Repost0

Le projet nouvelle constitution est une manigance politique

Publié le

L'avant-projet de la nouvelle Constitution ivoirienne adopté par le gouvernement et qui sera soumis à l'examen du Parlement, mercredi, présente des zones d'ombres sur les conditions d'éligibilité à la présidence de la République dont l'abstraction de la limite d'âge.

L'article 55 de cet avant-projet de la Constitution diffusé, dimanche et dont l’authenticité n’a pas été vérifiée dispose que ''le candidat à l'élection présidentielle doit jouir de ses droits civils et politiques et doit être âgé de trente-cinq ans au moins. Il doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoirien d'origine".

Contrairement à l'article 35 dit "confligène" de l'actuelle Constitution qui limitait l'âge à '' 75 ans au plus'', la Constitution qui doit accompagner la Côte d'Ivoire à l'émergence laisse la porte ouverte à tout vieillard centenaire ou plus de briguer la magistrature suprême du pays.

Le texte ne prévoit pas, également, d'un "état complet de bien-être physique et mental ". Autrement dit, le bilan de santé du futur président n'est plus un obstacle pour le candidat comme sa " moralité et sa probité". En d'autres termes, un cybercriminel ou un malade de grande pathologie peut aspirer diriger la Côte d'Ivoire pourvu qu'il soit âgé de trente-cinq "au moins" et qui il jouisse de ses " droits civils et politiques".

En outre, le texte reste muet sur l'âge du " Vice-président élu en même temps que le président de la République", encore moins sur les critères de choix de celui-ci qui " devient de plein droit Président de la République en cas de vacance de la Présidence de la République par décès, d'émission ou empêchement absolu du Président de la République" (Art.62).

L'introduction des " dispositions transitoires" au titre XVI de l'avant-projet incite, du reste à croire que le texte a été écrit avec des ‘’arrière-pensées’’ politiques.
En effet alors qu'il est mentionné que le Président de la République et le Vice-Président sont élus " en même temps", la disposition transitoire prévoit que " le Président de la République en exercice à la date de la promulgation de la présente Constitution nomme le Vice-Président de la République par vérification de ses conditions d'éligibilité par le Conseil constitutionnel" (Art.179).

Cela signifie, sans aucun doute, que le Président de la République et son vice-président "nommé " sont à cheval entre deux Constitutions. Le premier issu de la Constitution qui vit ses derniers jours et le second de celle qui est sur la table des députés pour examen avant sa promulgation si elle est approuvée par voie référendaire.

Mercredi, le chef de l'État défendra ce texte devant les députés qui au nom de leur "dignité" devraient " le rejeter", selon l'opposition.

source APA

Le projet nouvelle constitution est une manigance politique

Mon analyse : tombons la langue de bois et disons nous le franchement , le verrou maximum d'âge n'a jamais dérangé ou créé un quelconque conflit précédemment en cote d'ivoire alors subitement pourquoi le faire sauter ? Mr Ouattara manigance pour que la constitution serve ses interets personnels et non ceux de la côte divoire .

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>