Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actualite

décryptage- Le président décide de ne pas se présenter aux présidentielles 2020 !

Publié le par Diack gassama

décryptage- Le président décide de ne pas se présenter aux présidentielles 2020 !

Aujourd’hui à Yamoussoukro le président Alassane Ouattara a pris une décision solennelle en réunissant le congrès parlementaire, députés et sénateurs réunis. Il  renonce à se présenter candidat aux prochaines élections présidentielles de 2020 pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération.

A examiner de plus près , le président Alassane Ouattara , était face à un dilemme , soit s’obstiner contre toute attente pour briguer un troisième mandat , ce qui passerait très mal  aux yeux de la communauté internationale , l’ONU( organisation des nations unies) , l’UA (l’union africaine) , L’UE (l’union européenne ),  les organismes financiers internationaux , la CEDEAO (communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest ) . En effet,  ces nombreuses crises qu’ont connus les pays d’Afriques subsahariennes et centrale en raison de la boulimie de leurs présidents, pousse la communauté internationale à  jeter un regard plus attentif, c’est en cela que des pays comme le Gabon, le Cameroun, la guinée, la côte d’ivoire  et bien d’autres … oscillent dans ce collimateur.

Le second choix était celui qu’il pouvait faire et qu’il a fait, c’est de renoncer à un autre mandat, avec un double avantage : contenter la communauté la communauté internationale sur ce point précis du respect des mandats et marquer l’esprit des ivoiriens en refusant de se présenter lui-même à un autre mandat. Ce deuxième  point serait une aubaine pour rentrer dans l’histoire de la côte d’ivoire.

Cependant, plusieurs questions subsistent :

  1. Pourquoi avoir pour projet de modifier la constitution à 7 mois des élections,  si ce n’est pour toujours tirer les ficelles du pouvoir en garantissant l’élection du candidat de son parti ? quand on sait les leviers tendancieux et pernicieux qu’offrent la modification de la constitution à l’approche des élections.

 

  1. Semble t-il qu’une élection à un tour est envisagé, en quoi un second tour pour départager les  deux candidats qui se démarquent est dérangeant ? enfin sauf quand est pas sûr du candidat à venir de son parti .

 

  1. Si le système devait être introduit pourquoi attendre au dernier moment pour le faire n’aurait t-il pas été judicieux de l’introduire aux prochaines élections à venir après celle de 2020 ?

 

  1. En cas de non tenue des élections à la date prévue, 31 octobre, le mandat législatif est prorogé jusqu’aux prochaines élections. Si tout est bouclé et géré comme le dit si bien le RHDP, quelle raison pourrait empêcher la tenue des élections si ce ne sont des nouveaux articles conflictuels insérés en ce nouveau projet  révision constitutionnelle.

 

Le projet de révision constitutionnelle biaise l’annonce de sa non candidature qui finalement est à prendre avec des pincettes,  dans la mesure où rien n’est fait actuellement,  pour permettre le retour au pays des opposants phares en l’occurrence, le président de GPS , le leader générationnel guillaume Soro , l’ex chef d’Etat et président du FPI  Laurent Gbagbo et le président du COJEP Charles Blé Goudé . En outre, qu’est-il fait de la question de la libération des prisonniers politiques ? Une vraie élection démocratique, est libre et ouverte à tous les candidats sans exclusion quelconque. C’est donc dans ce contexte que les observateurs avisés attendent des suites du projet de révision constitutionnel. Exulter si précipitamment serait plus émotif qu’autre chose.

 

                                                                                                               Diack Gassama

Partager cet article
Repost0

La victoire de Guillaume Soro en 2020 ou la victoire de la nouvelle génération!

Publié le par Diack gassama

La victoire de Guillaume Soro en 2020 ou la victoire de la nouvelle génération!

De plus en plus, la victoire de Guillaume Soro sonne comme une évidence. Car le leader  générationnel comme les jeunes l'appellent affectueusement ou encore BOGOTA, ne finit pas de conforter l'opinion nationale sur sa capacité à se mettre au dessus des vaines passions destructrices.

Une seule démarche, réconcilier le peuple ivoirien. Un seul engagement, réconcilier la classe politique avec le peuple. En renouant ainsi cette confiance entre les ivoiriens envers eux même, l'intérêt commun de paix, de stabilité et de progrès à tout niveau est aussi préservé. 

Fait majeur, GUILAUME SORO catalyse toute la scène politique, aussi bien ses silences que ses paroles, autant ses actions solidaires que son empathie naturelle avec toutes les couches sociales défavorisées, délaissées ou captives de l'injustice. Il est à ce jour, réclamé par les ivoiriens qui exaspèrent du pouvoir Ouattara. Un pouvoir sourd et aveugle aux souffrances de la population. 

Un homme, un courage. Un leader, une vision de renouvellement de la classe politique par l'alternance générationnelle. Un combat, celui de la liberté. Ce sont autant de valeurs qui viennent apporter une solution au statut quo imposé par le gouvernement RHDP. 

GUILLAUME SORO apparaît comme une alternative qui brise la glace de l'échec. 

 

                                 Diack Gassama  

 

 

Partager cet article
Repost0

le député GNANGADJOMON KONÉ menacé de mort par le nouveau PAN après le meeting de L'opposition

Publié le par Diack gassama

le député GNANGADJOMON KONÉ menacé de mort par le nouveau PAN après le meeting de L'opposition

Le nouveau président de l'assemblée nationale Amadou soumahoro après le meeting de L'opposition tenu à Cocody Anono. Il n'aurait pas supporté les critiques à lui adressées, concernant sa gestion et les répartitions des postes ai sein de l'assemblée nationale qui ne respecte pas la configuration politique de l'assemblée nationale.

Les faits relatant ces entorses à la démocratie au sein de l'hémicycle avait été présenté par le député GNANGADJOMON KONÉ qui a reçu quelques heures après le meeting les menaces de mort. Sur son compte Facebook il a tenu informé l'opinion nationale.

****** VOICI LE MESSAGE POSTÉ PAR L'HONORABLE GNANGADJOMON KONÉ ****

"Ce samedi 6 Juillet 2019, j’ai reçu un appel de Monsieur Ahmadou Soumahoro me menaçant en ces termes : 
« Gnangadjomon, tu m’as insulté au meeting...Tu m’as appelé Ahmadou ‘cimetière. On ne m’insulte pas! Tu vas payer ça (3 fois) ! Tu vas payer ça au plus fort (3 fois)! Tu oses m’insulter pour faire plaisir à Guillaume Soro ». 
Je précise à toute fin utile que le Député Touré Alpha Yaya est le témoin vivant de ces menaces d’autant que c’est lui qui m’a d’abord appelé de son numéro 08765645 avant de me passer Monsieur Ahmadou Soumahoro qui m’a entretenu de 20h44 à 20h46mn. 
Je voudrais prendre à témoins ma famille politique (le RACI et toute la galaxie pro-Soro), les démocrates ivoiriens, africains et du monde entier sur ces menaces graves que fait planer Monsieur Ahmadou  Soumahoro sur ma vie. Je note également que je ne suis ni l’inventeur du pseudonyme ´cimetière’ ni le premier à l’employer."

Partager cet article
Repost0

Guillaume Soro porte plainte contre les accusations du journal du pouvoir LE PATRIOTE!

Publié le par Diack gassama

Guillaume Soro porte plainte contre les accusations du journal du pouvoir LE PATRIOTE!

Le journal LE PATRIOTE, proche du pouvoir Ouattara a porté de Graves accusations infondées contre l'opposant qui vraisemblablement l'empêche de dormir sereinement. 

Le service de communication de Guillaume ne s'est pas fait prier en annonçant le dépôt de plainte contre ce quotidien qui devra fournir les preuves tangibles de son titre.  Plusieurs signaux indiquent que pouvoir Ouattara perd du terrain à l'approche des prochaines élections. Ce titre calomniateur  du journal le patriote vient se rajouter à l'opinion que le pouvoir RHDP transmet aux ivoiriens, une peur blue de son adversaire  Guillaume Soro.

Retrouvez ci dessous le communiqué du service de communication de Guillaume Soro.

*********** COMMUNIQUÉ *************

COMMUNIQUE DE PRESSE
 
Dans son édition numéro 5856 du vendredi 28 juin 2019, le quotidien LE PATRIOTE titre en couverture : « En Connexion avec Moustapha Chafi et des groupes djihadistes SORO PREPARE UN MAUVAIS COUP CONTRE LA CÔTE D’IVOIRE. Objectif : semer le chaos et empêcher les élections de 2020 ».
 
L’article publié sur toute la moitié de la page 4 affirme ceci : « Ainsi, selon nos informations, son mentor Guillaume Soro aurait demandé à son ami, le Mauritanien Moustapha Ould Limam Chafi, connu pour ses affinités avec les groupes terroristes qui sévissent dans le nord du Mali, au Burkina Faso et dans le désert du Sahara, d’établir des connexions avec ces mouvements djihadistes pour planifier des attaques au nord du pays. L’idée, c’est donc de replonger la Côte d’Ivoire dans l’insécurité en faisant de cette zone, à l’image du nord du Mali et du centre du Burkina Faso, des foyers d’attaques terroristes. Derrière tout ça, l’objectif est d’empêcher la tenue de la présidentielle de 2020, et surtout d’enrayer la bonne marche du pays, insufflée par le président Ouattara et son équipe gouvernementale ».
 
Ces accusations d’une extrême gravité, qui ne sont étayées par aucun début de preuve, ne sauraient rester sans une réponse appropriée. Les conseils de M. Soro ont été mandatés, ce jour, pour saisir la justice afin que le journaliste auteur de l’article et le directeur de publication, produisent devant le juge, les éléments de preuve à l’appui de leurs affirmations.
 
Il convient de noter que depuis plusieurs semaines des accusations graves et récurrentes sont portées à l’encontre de M. Soro Kigbafori Guillaume, par des médias proches de la majorité présidentielle. Ainsi a-t-il été accusé par un périodique d’avoir profité de sa tournée dans le nord pour distribuer des armes dans cette partie du pays, sans en apporter la moindre preuve. De même, M. Karamoko Mamadou, membre du Conseil national du RHDP, a publié une vidéo sur le réseau social Facebook dans laquelle il appelle publiquement à l’assassinat de M. Soro Kigbafori Guillaume, pour garantir une présidentielle apaisée en 2020. Certains médias annoncent une action offensive de l’Etat contre M. Soro au cours du mois d’août 2019 afin de mettre définitivement un terme à sa carrière, voire à sa vie. Tous ces faits qui, à l’évidence, constituent des délits manifestes n’ont, pour l’heure, curieusement suscité aucune réaction du Procureur de la République encore moins celle du Président de l’Autorité nationale de la presse.
 
M. Soro tient à faire savoir que ces menaces et ces calomnies ne le perturbent aucunement. Il reste déterminé à poursuivre son engagement pour la paix et la réconciliation entre les Ivoiriens.
 
 
 
Fait à Abidjan, le 28 juin 2019
 
Le Responsable de la Communication
 Moussa TOURE

Partager cet article
Repost0

CEI , l'opposition ivoirienne dit oui à une réforme en profondeur! Non à la mascarade

Publié le par Diack gassama

 CEI , l'opposition ivoirienne dit oui à une réforme en profondeur! Non à la mascarade

L'enjeu que constitue les élections libres et transparentes interpelle l'opinion nationale. La norme voudrait qu'une CEI crédible soit l'institution qui ne sert ni le pouvoir en place, ni à l'inverse ne desserve l'opposition. La motivation univoque pour tous devrait être l'assurance d'un bon arbitrage électoral, rôle assigné à la CEI.

Cependant le constat est sans appel, l'idée de refonte en profondeur de la CEI répugne le gouvernement RHDP, la crainte de perdre le pouvoir le cristallise d'emblée le contenu des concertations. Disons le clairement, en toute cohérence, la recomposition ne résoud en rien la caducité actuelle de la commission électorale indépendante. Sa refonte en profondeur est nécessaire pour la stabilité de la côte d'Ivoire. Conformément aux recommandations à juste titre de la Commission africaine des droits de l'homme ( CADHP) :

* l'adoption d’un projet de loi consensuel qui consacre la création, la composition, l’organisation, les attributions et le fonctionnement de cet organe électoral fondamentalement indépendant de toutes influences.
* l'adoption d’un nouveau code électoral consensuel en adéquation avec l’organe électoral et qui en définit le mode opératoire.

C'est pourquoi, le PDCI-RDA, la plateforme politique EDS, le groupe des 23 partis politiques de l’opposition et LIDER se montrent disposées à participer à toute concertation nationale avec le gouvernement, inclusive à la société civile  (tripartite) susceptible d'aboutir à une véritable réforme en profondeur de la commission électorale indépendante, certainement pas à une mascarade.

 

                   Diack Gassama 

Partager cet article
Repost0

Adjoumani trahit le secret du RHDP , décryptage !

Publié le par Diack gassama

Adjoumani trahit le secret du RHDP , décryptage !


Hier le RHDP a organisé une conférence de presse pour répondre au PDCI. Le porte-parole du RHDP a tenu des propos très grave.


M Adjoumani Kobenan dévoile le plan Machiavélique caché derrière son vrai faux slogan "2020 c'est bouclé c'est géré" Le RHDP prépare donc la fraude massive, à en croire les propos de son porte-parole : " le RHDP n'a pas peur d'enroler des étrangers pour constituer la liste électorale". Ce n'est pas nous qui l'affirmons sans preuve , mais c'est lui même qui le dit de ses propres mots et sa gestuelle qui a fidélisé sa pensée.

D'aucuns me diraient que ce pourrait être un lapsus, quand bien même que c'est un lapsus , on pourrait aisément parler de lapsus révélateur. Bon, accordons leur le bénéfice du doute, et analysons en profondeur ces propos. Considérons qu'il a voulu dire " le RHDP n'a pas besoin d'enroler des étrangers pour constituer son électorat." Il ne répond pas non plus à la préoccupation des ivoiriens au sujet de la fiabilité du système d'identification. Ce qui indiquerait en conséquence que la simple volonté de se maintenir au pouvoir suffirait pour user librement de ces mécanismes de falsification qui leurs sont facilement à portée. En effet, le président du PDCI RDA, Henri Konan Bédié, a été explicite quant à la cette fraude organisée en préparation par le biais de l'enrolement illégal des étrangers.
Les propos d'Adjoumani ne disculpent aucunement son parti le RHDP, à fortiori convaincre les citoyens ivoiriens.

Si l'on se réfère également à la lenteur constatée autour de la réforme de la CEI, il existe une concordance de méthode, mieux, une logique de non transparence. Conclusion, le RHDP espère s'offrir inconditionnellement à la fraude massive de son électorat. Au sortir de cette observation, gageons ensemble qu'il y'a une urgence d'accélérer le processus de la réforme de la CEI, condition sinéquanone d'élection transparente. Aussi qu'un oeil vigilant soit porté sur le nombre de naturalisations accordées en ces périodes.



               Diack Gassama


Partager cet article
Repost0

L'APF devant ses responsabilités face à la forfaiture d'Amadou Soumahoro

Publié le par Diack gassama

L'APF devant ses responsabilités face à la forfaiture d'Amadou Soumahoro

Après avoir créé un blocage au sein de l'assemblée nationale de côte d'Ivoire, le nouveau président de l'assemblée nationale Amadou soumahoro successeur du président Guillaume Soro tente d'exporter la forfaiture aux instances internationales.

Ce projet obscur étant précédemment décliné par le parlement de la CEDEAO et le parlement panafricain. Le nouveau PAN ivoirien dans un mépris ou plutôt une tentative transgressive des règles établies par l'assemblée parlementaire francophone, a cru bon de communiquer une nouvelle liste de membres de la section ivoirienne à L'APF. Ce qu'il a tout de même ignoré, c'est que seuls deux conditions le permettent: Soit premièrement face à une nouvelle adhésion de la côte d'Ivoire à l'assemblée parlementaire francophone, ce qui n'est pas le cas . Ou deuxièment, en cas de nouvelle législature. Ce qui n'est également pas le cas, car cette législature court de 2016 à 2020.

En conséquence, l'assemblée parlementaire francophone ne saurait admettre l'illégalité en son sein tant elle incarne un exemple de démocratie parlementaire internationale. Le faisant, elle se rendrait complice d'une crise fondées sur l'irrégularité et la non conformité aux textes en vigueur.

De plus, en son article 10, les dispositions sont claires, le poste de président de l'assemblée parlementaire échoit au vice président de l'institution, ici en l'occurrence c'est le député ivoirien Guillaume Soro qui occupe ce poste de vice président de l'assemblée parlementaire francophone. Occupant pleinement sa fonction, aucun prétexte de vacance à son poste ne pourrait servir d'argument pour le remplacer ou encore moins le supplanter.

De ce qui précède, le nouveau président de l'assemblée nationale Amadou soumahoro devrait prendre conscience des enjeux diplomatiques encourus, surtout l'image engagée par notre pays. L'APF elle même gagnerait comme les assemblées parlementaires de la CEDEAO et PANAFRICAINS , rejeter toutes formes d'irrégularité.

Le vice président de l'APF, Guillaume Kigbafori Soro a adressé un courrier à cet effet aux membres du bureau de l'institution et il serait prêt à engager les procédures juridiques adéquates pour faire respecter les textes de l'institution.

 

           Diack Gassama 

Partager cet article
Repost0