Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

decryptage

Décryptage : Rencontre Alassane Ouattara - Laurent Gbagbo que retenir ?

Publié le par Diack gassama

Décryptage : Rencontre Alassane Ouattara - Laurent Gbagbo que retenir ?

Décryptage : Rencontre Alassane Ouattara - Laurent Gbagbo que retenir ?

Hier mardi 27 juillet le président Alassane Ouattara et l'ex chef d'Etat Laurent Gbagbo se sont rencontrés, ils se sont parlés officiellement, depuis son retour au pays. Ce fait marquant a cristallisé toutes les attentions des ivoiriens, profanes comme experts de la vie sociopolitique de notre pays. 

Nous avons pour notre part, porté une analyse sur cette rencontre.

Dans la forme, elle a pris le caractère d'une visite de courtoisie, importante pour les deux hommes, d'une part pour rassurer leurs partisans respectifs et les Ivoiriens dans leur majorité. d'autre part de marquer leur volonté d'agir chacun en faveur de la décrispation et la réconciliation. La courtoisie et la chaleur ont ainsi meublé cette rencontre. On a pu apercevoir sourires et rires aux éclats. ces signes de détente et de cordialité sont encourageants pour la suite... Les deux hommes s'accordent même à multiplier ce type de rencontre, comme l'a souhaité Laurent Gbagbo confirmé par son ami et frère Alassane Ouattara.

Dans le fond, le président Gbagbo évoque la question des prisonniers politiques en insistant sur ceux de 2010 et 2011 (ses partisans ). Sans élargir le champs. À ce niveau le président Henri Konan Bédié se fait plus rassembleur, lors de ses différentes interventions, il n'hésite pas à aller au delà de la cause de ses propres militants et faire mention de la libération de « TOUS » les prisonniers politiques et le retour de «TOUS» les exilés politiques.

Laurent Gbagbo manque ici  l'occasion de plaider plus large. Toutefois mettant en avant l'humilité de ne disposer de moyens pour libérer ses propres partisans en dépit de sa volonté, il rappelle les moyens dont Alassane Ouattara dispose en tant que président de la république pour le faire. Point important, car la réconciliation se nourrit avant tout d'actes significatifs, pour mener à bien le processus.

Le président Alassane Ouattara, quand à lui, met en avant la confiance à instaurer, et la poursuite des rencontres avec l'ex chef d'État Laurent Gbagbo après le mois d'Août. En annonçant que ces rencontres s'élargiront à d'autres acteurs.

on retient, que cette communication conjointe rappelle combien de fois chaque acteur principal de la vie politique ivoirienne est important dans ce processus de réconciliation nationale, et donc combien de fois le dialogue inclusif élargi à Guillaume Soro finira par rassurer l'ensemble des ivoiriens. Afin de tourner définitivement cette page. Et renouer avec une bonne cohésion sociale.

                     Diack Gassama

Partager cet article
Repost0

Décrytage- Discours du président Henri Konan Bédié pour la sortie de crise en Côte D'Ivoire

Publié le par Diack gassama

Décrytage- Discours du président Henri Konan Bédié pour la sortie de crise en Côte D'Ivoire

#décryptage

La situation politique en côte d’ivoire reste toujours aussi tendue, même si le pouvoir Ouattara a cru bon de procéder à un bâillonnement des membres de  l’opposition politique et de la société civile. Ces actes sont plus de nature à mettre en péril la démocratie et  en danger la stabilité du pays,  surtout que le point majeur exacerbant cette situation, c’est bien la violation constitutionnelle. Hier mercredi 9 Décembre, au sorti d’une réunion avec  les plateformes et partis politiques de l’opposition, Le président Henri Konan Bédié  a rendu public une déclaration.

A l’observation, elle s’inscrit dans une dynamique de résolution de la crise par des voies consensuelles. Rappelons qu’un mois avant Alassane Ouattara annonçait après avoir rencontré Henri Konan Bédié en aparté à l’hôtel du Golf qu’il souhaitait un dialogue franc et sincère. Alors que le peuple ivoirien attendait des actes forts visant à  décrisper l’atmosphère. Les arrestations arbitraires d’opposants et enlèvements, par des hommes encagoulés,  se poursuivent. Les personnalités politiques telles que l’ex président Laurent Gbagbo, l’ex président de l’assemblée nationale Guillaume Kigbafori Soro , le ministre Charles blé Goudé et bien d’autres sont encore en exil . Rien de substantiels ne vient matérialiser les dires de Ouattara.  Mettant ainsi sa sincérité et sa franchise à l’épreuve. Il est bien entendu , évident que sont  attendus  sur de vrais actes de réconciliation et d’apaisement.

Henri Konan Bédié en Homme d’état, prend l’initiative d’aller au-delà  des paroles, dans son allocution d’hier, Deux éléments important à retenir. D’abord un homme foncièrement attaché à des valeurs de paix et de dialogue, des valeurs prônées par le père fondateur Félix Houphouet Boigny . Bédié incarne bien dans les valeurs de l’Houphouétisme , Ouattara se disant Houphouétiste s’en écarte, en fuyant  tout  dialogue direct entre protagonistes de cette crise, c’est la première observation qu'on pourrait faire.  

Ensuite, Bédié montre une grande ouverture et un rassemblement en insistant sur le fait que ce dialogue ne doit pas être circonscrit à Ouattara-Bédié , il appelle à un dialogue inclusif, rassemblant toutes les forces vives de la nation. Ouattara est ainsi mis à l’épreuve du dépassement de soi, de l’ouverture, du consensus, et de la hauteur. Là où Alassane Ouattara estimant que les CNT ( conseil national de transition)  sortait du cadre légal , oubliant que la violation constitutionnel était autant hors du champs constitutionnel . Bédié et l’opposition se montrent ouvert à abroger le CNT pour favoriser la voie du dialogue. La déclaration de Bédié fait mention explicitement de cela , le remplacement du CNT par le dialogue national sur le territoire ivoirien avec la présence d’une médiation internationale telle que L’ONU. Ce qui pourrait ( le CNT ) être tenu comme motif de blocage par Ouattara est levé. La balle est dans le camp de Ouattara, il se voulait sincère ? Les actes significatifs et de réconciliation véritables sont à matérialiser concrètement.  L’opposition ivoirienne par la voix d’Henri Konan Bédié , reste attachée à un retour respect de l’ordre constitutionnel , en proposant l’écriture d’une nouvelle constitution qui rétablirait l’ordre républicain suivi de la reprise de nouvelles élections présidentielles.

Henri Konan Bédié et l’opposition s’inscrivent dans du concret pour une  sortie de crise, les enjeux pour la nation sont si important qu’on ne saurait se contenter de superficialité. Là où le bonheur des ivoiriens doit primer, c’est inévitable de creuser l’abcès ensemble, privilégier le consensus et l’inclusion . Assurément c’est la nation qui en sortira grandie.

 

                                                                                                            DIACK  GASSAMA 

Partager cet article
Repost0

côte d'voire- Mesures contre le COVID-19, le président Ouattara oublie l’accompagnement social?

Publié le par Diack gassama

côte d'voire- Mesures contre le COVID-19, le président Ouattara oublie l’accompagnement social?

Le président Alassane Ouattara s’est exprimé hier lundi 23 mars face à la nation, dans le cadre des mesures contre cette pandémie du COVID-19 . ce qu’on peut retenir c’est que l’annonce du confinement s’est vue renforcée de 8 mesures supplémentaires.

Le président ivoirien a désavoué son gouvernement, en dénonçant le comportement laxiste, irresponsable et le favoritisme qui a prévalu en ce temps de crise pandémique. Il faisait référence à l’affaire INJS. En effet, la famille de son ministre Adama Bictogo, celle du célèbre artiste Gaou Magicien Asalfo, le Footbaleur Max Alain Gradel et bien d’autres… furent exemptés en catimini du centre improvisé de confinement IINJS (institut national de la jeunesse et des sports).

C’est seulement à la suite d’une protestation dans la même nuit du scandale et le lendemain matin, que le ministre de la santé Aka Ouélé décide, sous la pression des binguistes comme sont  communément appelés  les ivoiriens résidant en France, de laisser tous les passagers du vol Air France, rentrer chez eux. Cela, sans même s’assurer de savoir si certains d’entre eux étaient  contaminés et constitueraient par l’occasion un danger pour leur proche . Clairement cela avait, pour pour but de dissiper  le scandale, ce favoritisme élitiste honteux.

Revenons , au discours du président Ouattara sorti à la rescousse de ses ministres totalement largués. Il annonce 8 mesures supplémentaires à celles prises quelques jours avant. Toutefois, sans y prévoir des mesures sociales d’accompagnement des plus démunis, du secteur informel et des PME.  Comme le réclament de nombreux ivoiriens : « on veut bien restés confinés, mais on mange comment ? » voici ce qui ressort sur toutes les lèvres.

Pourtant son compair sénégalais, Macky Sall n’a pas ignoré en plus de mesures de confinement,annonce le décaissement d’ environ 1000 milliards en guise de riposte contre  le COVID-19 , puis des mesures de report fiscal, un budget spécialement prévu pour les familles paupérisées etc...

On pourrait relever parmi les faiblesses de ces mesures,  le flou relatif aux autorisations de sortir d’Abidjan. Quelle(s) autorité(s)  les délivrent ? Quelles sont  les conditions d’octroie de ces autorisations ?...

Pour résumer, Combattre le COVID-19  se fera dans le strict respect  des mesures en vigueur, mais également la clarification de celles entachées d’imprécision, enfin, le nécessaire accompagnement, qui sera de nature à soutenir les efforts solidaires du  contribuable ivoirien.

 

 

                                                                                                                                          Diack Gassama

Partager cet article
Repost0

décryptage- Le président décide de ne pas se présenter aux présidentielles 2020 !

Publié le par Diack gassama

décryptage- Le président décide de ne pas se présenter aux présidentielles 2020 !

Aujourd’hui à Yamoussoukro le président Alassane Ouattara a pris une décision solennelle en réunissant le congrès parlementaire, députés et sénateurs réunis. Il  renonce à se présenter candidat aux prochaines élections présidentielles de 2020 pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération.

A examiner de plus près , le président Alassane Ouattara , était face à un dilemme , soit s’obstiner contre toute attente pour briguer un troisième mandat , ce qui passerait très mal  aux yeux de la communauté internationale , l’ONU( organisation des nations unies) , l’UA (l’union africaine) , L’UE (l’union européenne ),  les organismes financiers internationaux , la CEDEAO (communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest ) . En effet,  ces nombreuses crises qu’ont connus les pays d’Afriques subsahariennes et centrale en raison de la boulimie de leurs présidents, pousse la communauté internationale à  jeter un regard plus attentif, c’est en cela que des pays comme le Gabon, le Cameroun, la guinée, la côte d’ivoire  et bien d’autres … oscillent dans ce collimateur.

Le second choix était celui qu’il pouvait faire et qu’il a fait, c’est de renoncer à un autre mandat, avec un double avantage : contenter la communauté la communauté internationale sur ce point précis du respect des mandats et marquer l’esprit des ivoiriens en refusant de se présenter lui-même à un autre mandat. Ce deuxième  point serait une aubaine pour rentrer dans l’histoire de la côte d’ivoire.

Cependant, plusieurs questions subsistent :

  1. Pourquoi avoir pour projet de modifier la constitution à 7 mois des élections,  si ce n’est pour toujours tirer les ficelles du pouvoir en garantissant l’élection du candidat de son parti ? quand on sait les leviers tendancieux et pernicieux qu’offrent la modification de la constitution à l’approche des élections.

 

  1. Semble t-il qu’une élection à un tour est envisagé, en quoi un second tour pour départager les  deux candidats qui se démarquent est dérangeant ? enfin sauf quand est pas sûr du candidat à venir de son parti .

 

  1. Si le système devait être introduit pourquoi attendre au dernier moment pour le faire n’aurait t-il pas été judicieux de l’introduire aux prochaines élections à venir après celle de 2020 ?

 

  1. En cas de non tenue des élections à la date prévue, 31 octobre, le mandat législatif est prorogé jusqu’aux prochaines élections. Si tout est bouclé et géré comme le dit si bien le RHDP, quelle raison pourrait empêcher la tenue des élections si ce ne sont des nouveaux articles conflictuels insérés en ce nouveau projet  révision constitutionnelle.

 

Le projet de révision constitutionnelle biaise l’annonce de sa non candidature qui finalement est à prendre avec des pincettes,  dans la mesure où rien n’est fait actuellement,  pour permettre le retour au pays des opposants phares en l’occurrence, le président de GPS , le leader générationnel guillaume Soro , l’ex chef d’Etat et président du FPI  Laurent Gbagbo et le président du COJEP Charles Blé Goudé . En outre, qu’est-il fait de la question de la libération des prisonniers politiques ? Une vraie élection démocratique, est libre et ouverte à tous les candidats sans exclusion quelconque. C’est donc dans ce contexte que les observateurs avisés attendent des suites du projet de révision constitutionnel. Exulter si précipitamment serait plus émotif qu’autre chose.

 

                                                                                                               Diack Gassama

Partager cet article
Repost0

[Décryptage]- CEI une salade décomposée pardon recomposée livrée par le gouvernement !

Publié le par Diack gassama

[Décryptage]- CEI une salade décomposée pardon recomposée livrée par le gouvernement !

#CEI
#société #CIV

Le gouvernement propose une salade décomposée pardon recomposée au peuple! 

Le gouvernement conscient de sa minorité face au front commun de l'opposition qui se met en forme. Se rebiffe et parle désormais de recomposition de la CEI.

Que vient chercher dans une CEI commission électorale qui se veut indépendante 

■ LE REPRÉSENTANT DU PRÉSIDENT DE LA REPUBLIQUE, en plus des TROIS REPRÉSENTANTS DU PARTI AU POUVOIR déjà  prévus.

 ■ LE REPRÉSENTANT CHARGÉ DU TERRITOIRE vient se rajouter aux membres du camp au pouvoir. 

6 membres de la société civile dont

■ 4 sont désignés par la société civile sur quel(s) critère  (s) et quel est ce désignant de la société civile? Rien n'est spécifié....

■ un magistrat désigné par le conseil supérieur de la magistrature. C'est un organe dont le président à le contrôle. Par la prééminence qu'il a sur les membres qu'il y designe. 

En résumé : sur les 15 membres du bureau central proposé par le gouvernement [ 10 ] sont clairement sous le libre contrôle de l'exécutif donc du président de la république sortant .
Ce n'est non seulement pas une réforme mais de cette recomposition rien n'a bougé.

> CE N'EST PAS DE ÇA QU'IL S'AGIT ! 

ALLONS À DES ÉLECTIONS CLAIRES ET TRANSPARENTES AVEC UN ORGANE ÉLECTORALE RÉFORMÉ ON INSISTE BIEN  RÉFORMÉ!

 

                          Diack Gassama 

********************************************

 

Partager cet article
Repost0