Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

elections

décryptage- Le président décide de ne pas se présenter aux présidentielles 2020 !

Publié le par Diack gassama

décryptage- Le président décide de ne pas se présenter aux présidentielles 2020 !

Aujourd’hui à Yamoussoukro le président Alassane Ouattara a pris une décision solennelle en réunissant le congrès parlementaire, députés et sénateurs réunis. Il  renonce à se présenter candidat aux prochaines élections présidentielles de 2020 pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération.

A examiner de plus près , le président Alassane Ouattara , était face à un dilemme , soit s’obstiner contre toute attente pour briguer un troisième mandat , ce qui passerait très mal  aux yeux de la communauté internationale , l’ONU( organisation des nations unies) , l’UA (l’union africaine) , L’UE (l’union européenne ),  les organismes financiers internationaux , la CEDEAO (communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest ) . En effet,  ces nombreuses crises qu’ont connus les pays d’Afriques subsahariennes et centrale en raison de la boulimie de leurs présidents, pousse la communauté internationale à  jeter un regard plus attentif, c’est en cela que des pays comme le Gabon, le Cameroun, la guinée, la côte d’ivoire  et bien d’autres … oscillent dans ce collimateur.

Le second choix était celui qu’il pouvait faire et qu’il a fait, c’est de renoncer à un autre mandat, avec un double avantage : contenter la communauté la communauté internationale sur ce point précis du respect des mandats et marquer l’esprit des ivoiriens en refusant de se présenter lui-même à un autre mandat. Ce deuxième  point serait une aubaine pour rentrer dans l’histoire de la côte d’ivoire.

Cependant, plusieurs questions subsistent :

  1. Pourquoi avoir pour projet de modifier la constitution à 7 mois des élections,  si ce n’est pour toujours tirer les ficelles du pouvoir en garantissant l’élection du candidat de son parti ? quand on sait les leviers tendancieux et pernicieux qu’offrent la modification de la constitution à l’approche des élections.

 

  1. Semble t-il qu’une élection à un tour est envisagé, en quoi un second tour pour départager les  deux candidats qui se démarquent est dérangeant ? enfin sauf quand est pas sûr du candidat à venir de son parti .

 

  1. Si le système devait être introduit pourquoi attendre au dernier moment pour le faire n’aurait t-il pas été judicieux de l’introduire aux prochaines élections à venir après celle de 2020 ?

 

  1. En cas de non tenue des élections à la date prévue, 31 octobre, le mandat législatif est prorogé jusqu’aux prochaines élections. Si tout est bouclé et géré comme le dit si bien le RHDP, quelle raison pourrait empêcher la tenue des élections si ce ne sont des nouveaux articles conflictuels insérés en ce nouveau projet  révision constitutionnelle.

 

Le projet de révision constitutionnelle biaise l’annonce de sa non candidature qui finalement est à prendre avec des pincettes,  dans la mesure où rien n’est fait actuellement,  pour permettre le retour au pays des opposants phares en l’occurrence, le président de GPS , le leader générationnel guillaume Soro , l’ex chef d’Etat et président du FPI  Laurent Gbagbo et le président du COJEP Charles Blé Goudé . En outre, qu’est-il fait de la question de la libération des prisonniers politiques ? Une vraie élection démocratique, est libre et ouverte à tous les candidats sans exclusion quelconque. C’est donc dans ce contexte que les observateurs avisés attendent des suites du projet de révision constitutionnel. Exulter si précipitamment serait plus émotif qu’autre chose.

 

                                                                                                               Diack Gassama

Partager cet article
Repost0

Analyse-La nouvelle CEI enfle la contestation, pourquoi le gouvernement fuit-il toute réforme profonde?  

Publié le par Diack gassama

Analyse-La nouvelle CEI enfle la contestation, pourquoi le gouvernement fuit-il toute réforme profonde?  

La nouvelle CEI est inopérante pour engager des élections transparentes dans notre pays. 
Elle ne respecte aucune clause d'indépendance vis à vis de l'exécutif. Ce qui est grave, c'est que le gouvernement reste sourd à toute réforme en profondeur de l'institution. L'histoire récente de notre pays nous a instruit sur un fait, une CEI aux ordres du président de la république est incontestablement source d'instabilité politique et de crise post-électorale.

Le gouvernement en mon sens, devrait consentir au consensus avec L'opposition significative et la société civile. Si le gouvernement s'y refuse, on pourrait aisément conclure que le gouvernement RHDP espère soumettre la CEI à proclamer des résultats non conformes, contraires aux votes des ivoiriens. Pour ainsi se maintenir manu militari. Situation que nous ne pouvons laisser éclore en notre pays. La réforme profonde de la CEI a pour intérêt d'organiser des élections libres de toute injonction venant de l'exécutif.

Le pouvoir Ouattara opte plutôt pour le repli sur soi, enfermé dans sa tour d'ivoire face aux réformes profondes et nécessaires pour l'avenir de la nation. Préférant se résigner aux propos dilatoires, persuadé de mener en bateau tout un peuple. De l'observation que j'en tire, ce refractérisme affiché est caractéristique d'un pouvoir en totale disgrâce. La CEI n'a pour objet de faciliter la réélection du président sortant, ce n'est pas son objet .

Il faudrait une réforme en profondeur pour que chaque parti engagé aux prochaines élections  puisse concourir sainement à ces joutes.

 

 

                     Diack Gassama 


                           

Partager cet article
Repost0

La victoire de Guillaume Soro en 2020 ou la victoire de la nouvelle génération!

Publié le par Diack gassama

La victoire de Guillaume Soro en 2020 ou la victoire de la nouvelle génération!

De plus en plus, la victoire de Guillaume Soro sonne comme une évidence. Car le leader  générationnel comme les jeunes l'appellent affectueusement ou encore BOGOTA, ne finit pas de conforter l'opinion nationale sur sa capacité à se mettre au dessus des vaines passions destructrices.

Une seule démarche, réconcilier le peuple ivoirien. Un seul engagement, réconcilier la classe politique avec le peuple. En renouant ainsi cette confiance entre les ivoiriens envers eux même, l'intérêt commun de paix, de stabilité et de progrès à tout niveau est aussi préservé. 

Fait majeur, GUILAUME SORO catalyse toute la scène politique, aussi bien ses silences que ses paroles, autant ses actions solidaires que son empathie naturelle avec toutes les couches sociales défavorisées, délaissées ou captives de l'injustice. Il est à ce jour, réclamé par les ivoiriens qui exaspèrent du pouvoir Ouattara. Un pouvoir sourd et aveugle aux souffrances de la population. 

Un homme, un courage. Un leader, une vision de renouvellement de la classe politique par l'alternance générationnelle. Un combat, celui de la liberté. Ce sont autant de valeurs qui viennent apporter une solution au statut quo imposé par le gouvernement RHDP. 

GUILLAUME SORO apparaît comme une alternative qui brise la glace de l'échec. 

 

                                 Diack Gassama  

 

 

Partager cet article
Repost0

Réforme de la CEI, le PDCI RDA fait des précisions

Publié le par Diack gassama

Réforme de la CEI, le PDCI RDA fait des précisions

COMMUNIQUE DU PDCI-RDA RELATIF AUX TRAVAUX DE LA RÉFORME DE LA COMMISSION ÉLECTORALE INDÉPENDANTE (CEI)

La Direction du PDCI-RDA, avec étonnement, vient de prendre connaissance d’un communiqué du Gouvernement relatif aux travaux de la réforme de la Commission Électorale Indépendante(CEI).

Dans ce communiqué, le Gouvernement évoque le blocage des travaux de la réforme de la CEI, par le PDCI-RDA et d’autres Groupements Politiques.

La Direction du PDCI-RDA voudrait rappeler au Gouvernement que, dans un esprit d’ouverture et de franchise, le PDCI-RDA a participé à toutes les réunions auxquelles il a été convié.

Il est important de noter qu’à la rencontre du 04 avril 2019, présidée par SE Amadou GON COULIBALY, Premier  Ministre de la République de Côte d’Ivoire, un accord a été trouvé de travailler, dorénavant, dans un cadre de concertation dont les termes de référence devraient  être adressés aux organisations politiques, par le Gouvernement.

D’ailleurs le 15 mai 2019, par correspondance N* 00137/PDCI-RDA/SE/dk, la Direction du PDCI-RDA a exprimé au Gouvernement, son attente du projet des termes de références promis.

C’est dans cette attente de la tenue de ses promesses par le Gouvernement que le PDCI-RDA apprend qu’il fait des blocages avec des préalables.

Le PDCI-RDA, voudrait marquer sa grande surprise devant une telle information et porter  à la connaissance de l’opinion nationale et internationale ses exigences d’un dialogue franc et sincère qui puisse aboutir à des résultats concrets dans l’intérêt supérieur de la Nation.

Fait à Abidjan, le 30 mai 2019

P. Le Président du PDCI-RDA
P.O. le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA

Pr Maurice KAKOU GUIKAHUE

Partager cet article
Repost0

LA REFORME DE LA CEI PLUS QU'UNE NÉCESSITÉ AUJOURD'HUI, UNE URGENCE .

Publié le par Diack gassama

LA REFORME DE LA CEI PLUS QU'UNE NÉCESSITÉ AUJOURD'HUI, UNE URGENCE .

LA REFORME DE LA CEI PLUS QU'UNE NÉCESSITÉ AUJOURD'HUI, UNE URGENCE .

Des élections libres et apaisées voici ce qu'il faut à notre pays, pour aborder sereinement l'avenir. Pour ce faire, tous les observateurs avertis s'accordent sur ce point. La réforme de la CEI est nécessaire. Pour ma part, j'estime que c'est même un préalable.   

Quelle composition pour des élections transparentes? quel timming pour éviter la cacophonie que produit sa mise en place aux vieilles électorales ? 

À l'observation, il conviendrait par exemple de confier une part majoritaire à la société civile. Il est bien sûre question ici des acteurs n'ayant aucune affiliation ou influence de parti politique. Ces acteurs pourraient faire l'objet d'enquêtes sérieuses pour justifier de cela .

Le président de la CEI pourrait être un ancien cadre de l'administration exemplaire et rigoureux. Notre réflexion doit être portée sur le bon mécanisme pour ériger cette institution contestée en une institution crédible. 

En outre, cette condition sinéquanone à la bonne démocratie, devrait interpeller chaque citoyen, l'engagement citoyen individuel  apparaît existentiel, afin de ne point abandonner cette priorité aux seules mains des politiques. La CEI doit porter sa nouvelle robe. Si nos voisins comme le Ghana, le Sénégal sont cités en exemple en la matière   c'est bien parce qu'ils réussissent leurs alternances politiques et l'exercice des élections démocratiques.  

Il serait donc judicieux de procéder à la reforme de la CEI avant ces prochaines municipales 2018, avec pour avantage de constituer un ballon d'essai avant le grand enjeu électoral des présidentielles de 2020.

Réformer la CEI est le sujet fondamental pour la stabilité de notre pays  afin de prévenir toute crise post-électorale, alors rentrons dans le débat, voici la priorité du moment ! 

                                                   diack gassama

Partager cet article
Repost0